Archives mensuelles : avril 2012

Olivier Aliocha

16 mars 2012 regarde mes pas venir sur l’eau comme des bulles de savon un arbre dans la forêt la forêt dans un tableau un tableau avec sa grande bouche ouverte dans la treizième maison à droite à gauche de ton sommeil … Lire la suite

Publié dans parole | 8 commentaires

chagrin

    Je recule. Des lumières, des heures agitées je recule. Des machines, des écrans, je recule de toi. De moi, je recule dans ce lieu où ma forêt meurt sa musique d’eau. Et comme je brûle je l’appelle et … Lire la suite

Publié dans clavier d'intempérances | 11 commentaires

je ne t’écris pas – 5

        Je te le redis, je ne t’écris pas. Je te lis entre les signes, dans le blanc du blanc, dans le silence qu’est cet espace où le vrai du sens repose sur un temps immuable, un … Lire la suite

Publié dans écrivailleries | 2 commentaires

je ne t’écris pas – 4

      Je ne t’écris pas, je te lis. Je te lis des passages. Des passages que j’attend encore comme les corps s’attendent les uns les autres, les uns après les autres, pour se transvaser dans une infinie patience. … Lire la suite

Publié dans écrivailleries | 8 commentaires

je ne t’écris pas – 3

          je ne t’écris pas, tu vois bien, et comment le pourrais-je… Neige morte, ses haleines évanouies, tout ce qui luit soudain se recouvre d’eau et d’or, et la boue attend le vert, quand plus rien … Lire la suite

Publié dans impromptus | 6 commentaires