chagrin

 

 

Je recule.
Des lumières, des heures agitées je recule.
Des machines, des écrans, je recule de toi.
De moi, je recule dans ce lieu où ma forêt meurt sa musique d’eau.
Et comme je brûle je l’appelle et je prie.
Qu’elle remplisse ma bouche et m’apaise.
Que son humus me prenne et me bourre la poitrine.
Je lègue mon souffle à sa profondeur poissée,
je le lègue à ses vers affamés.
Qu’ils me dissolvent!
Qu’ils me dissolvent!
 
 
 
 
 
 
Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans clavier d'intempérances. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour chagrin

  1. claireccile dit :

    POUR NE PAS S’ENFUIR

    Je descendais une longue courbe
    devant moi le paysage :
    collines où je plonge
    ciel percé de fenêtres lumineuses, voiles beiges doux
    et bleus
    gris perlant, éclats.
    Nuages allongés comme les contours des collines, à
    peine soulignées
    de bosquets d’hiver.

    Comme les peintures de la vie au moyen âge,
    comme les courbes du corps des bien-aimés dormant
    épaules, flanc et tracé de la nuque, pectoral
    et le drap qui les couvre.

    Je me disais que je voulais repartir, aller dans le pays
    de l’autre bord
    où les chants se répondent de loin,
    où la nudité est en sommeil,
    et les légendes
    en respiration lente.

    Je me disais que je voulais trouver les bosquets, les bois
    tout ce qui signale les creux, les lieux de la nudité
    y entrer, chercher des indices… odeurs
    – odeurs d’hiver vibrant sans début ni fin
    entrez
    et détruisez-moi
    que je pourrisse, simple comme cet arbre allongé
    sur le tapis de ses feuilles.

    (bonjour Catrine, un poème en écho)

  2. Catrine dit :

    bonjour Claire, le poème est très très beau, merci, merci beaucoup de le partager ici

  3. bleuemarie dit :

    dans chaque forêt se trouvent des clairières……..

    Ton poème est magnifique

  4. Serge dit :

    Ah vrai tu n’es pas seulement une passionnaria de la cause estudiantine, tu sais aussi nous enflammer avec de jolis poèmes brûlants !

  5. Catrine dit :

    (héhéhé, c’est que mon clavier est fumant!)

    Vrai que le courant du mouvement des Carrés Rouges m’a happé. Mais c’est une question de société, une question d’engagement! C’est un jalon de plus, toujours tourné devant, vers ce que nous appelons en nous-mêmes, ce pays que nous n’avons pas encore crée et qui nous attend … C’est que nous avons des rêves tenaces, qui s’estompent, s’endorment, et reprennent leur lent travail, jusqu’au jour où le rêve sera assez mûr pour être véritable et mangé! Je me suis retenue à quatre mains pour ne pas faire entrer ici cette vague rouge de vie volontairement résolue au changement; j’ai contenu et ma pensé et ma parole et je suis entrée dans ce courant magnifique, aussi magnifique que déchirant..
    Je vais probablement attendre un bon moment avant de reprendre l’écriture ici, parce que trop à chaud dans le tourbillon des évènements, échauffourées, propositions politiques, retournements, incluse dans les choix pour un futur qui nous ressemblerait d’avantage, choix portés par la jeunesse du Printemps Érable.

    Merci pour ton passage ici, merci de ton mot généreux qui me ramène à cette voix plus intérieure, (me rappelle à un feu plus intime) que je tente de transmettre (sans trop le répandre j’espère!). Et parlant d’écriture, j’ai reçu une bonne nouvelle: le prochain recueil sera publié à l’automne!

    Je te salue bien, Serge!

  6. Serge dit :

    Ah chouette ! Tu m’enverras un exemplaire…ou mieux encore tu me l’apporteras !

  7. Catrine dit :

    te l’apporter, ce serait vraiment bien !!

    Tourlou!

  8. tchouangtseu dit :

    salut catrin, est-ce que ton prochain recueil sera aussi publié par le noroit ?

  9. Catrine dit :

    oui, oui chez Le Noroît! Je transmettrai l’annonce officielle dès que.. :)
    Salut à toi « Tseu »

  10. Vincent Motard-Avargues dit :

    ah ah ! vivement, alors :)

  11. Morgan Riet dit :

    ben oui, vivement !

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s