1) Musique atonale

m      u       s       i      q      u      e               a      t      o      n      a      l      e    

 

 

I

*premier soin

 

 

 

 

 

 

ni miel

ni encre

 

ce que ta nuit protège d’acides

n’a de remède que le départ

 

 

franchis-moi
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

II

 

*second soin

 

 

 

 

 

l’oiseau est une île

mouvante

 

le froissement d’elle

toujours

remue

le ciel

répond des présages

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

III

 

 

*perfusion

 

 

 

 

il n’y a pas de vague

assez forte

 

repousser les forêts de verre et de métal

 

la rouille fleurit entre nous

 

tous

        ne marchons ni rien

juste tenir est terrible

 

je tiens

 

 

 

 

 

 

 

IV

 

 

 *oxygène

 

 

 

 

 

 

 

dis-moi

l’endroit de mon retour
le nom de ton étoile

je cherche l’os creux
 son stridule

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

V

 

 

 

* sans connaissance

 

 

 

tranquillement le souffle
à descendre encore en lui plus long
encore
le souffle
tranquillement l’espace autour du coeur

l’espace
à revenir de toi les yeux ouvrent
tout autour

tu choisis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VI

 

 

*perforation thoracique*

 

 

 

 

 

dans la cadence haute élancée des vagues

l’éclat

soudain

le tracé de brume

une fois                 deux mais trois

le passage souple

des cétacés  

 

bleu

 

 

c’est rouge   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VII

 

 

* décompression hémorragique

 

 

 

 

 

 

la mer se répand lentement comme

la glace

autrefois

 

je me souviens des lagunes

la transparence

dans la jupe des atolls

 je t’aime, je t’aime chantait le sable

 

le sable

    dans ma gorge

 

 

 

 

 

 

 

 

 VIII

 

 

* chute de pression

 

 

 

au bord de comprendre

tout 

lâche tout

 

au désert ample des soifs

 

 

 

malgré l’abandon

entends l’appel

 

ancestrale marche des arbres

fleurs crépitantes

vibration forte et odeur animale

 

 

faut-il que le coeur se vide

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IX

 

* arrêt cardiaque

 

 

 

 

 

 

 

seule l’immobilité étonne

 

 

des flots d’images de sens retournés l’allure l’envers te souviens de tu 

des filtres des grands jours tirés clos les mains devant les yeux les cheveux de femmes l’odeur filtre

des étroitesses l’étranglement fulgure ici

juste ici

 

 

 

calme

soudain

la couleur de calme soudain

 

 

 

tes rivières

fer

particules

 

plus rien

que ce que tu franchis

 

 

 

 

noir

 

n’existe sans ta lumière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X

 

 

*5cc d’adrénaline

 

 

 

un rien d’espacement

entre le corps

et le corps

 

 

 

 

c’est froid du métal froid dans

         le coeur ?

 

la mer 

la mer les grands cercles des fleurs de chairs pulsantes palpent et avalent la vie le plancton

les cétacés brouttent avalent la mer toute lavée des glaces qui glissaient entre

deux pôles la mer montée haute avale le monde les îles Venise sous les yeux tranquiles des clypéastres

des pierres d’Histoire une nouvelle Atlantide nous

la mer le monde la mer surtout

 

 

 

la douleur de soudain le choc la lumière brûle tout l’air brûle

dans la couleur brûle de qu’est-ce que le coeur déjà ?

 

 

 à revenir de toi les yeux ouvrent

 

 

 

 

 

XI

 

* palettes à 400

 

 

 

 

 i

 

dégager dégage

la poitrine

             l’espace autour du coeur

 

 

 

 

 

 

 

il n’y a que le centre

le tien

le mien

tous les centres centrés des cercles

nos cibles où danser la mer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ii

 

m’appelle, ne sais 

d’où

qui

n’ai de nom

pas de lieu

                     d’être

 

 

 

 

 

 

 

images d’Italie n’y ai jamais mis les pieds. odeur de ta peau jamais touchée. tout. le rêve de. toi loin toi, loin. une tresse longue. longue ma mère disparue. la pleine nuit. la maison. laquelle. une porte verte. une main dhomme immense. main chaude un peu rousse la senteur forte du tabac brun la paille une barbe. un son peut-être grave. la chanson pour dormir la chanson pour dormir pour dormir la chanson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

iii

 

d’eau or  e s p a c e m e n t  la brûle dire

ni soif juste

lumière d’ombre lum

reste

       ste                            c’est l é g e r

                                    étrange

 

peur de quoi, tu dis ?

 

 

 

 

il n’y a pas de vrai choc n’y a

de cri ni rien     sortir

sortir de l’Eau l’eau de retourne

à la mer                          qui m’arrache?

iuq ehcarra’m

les écrans des mensonges tu triches

avec mon coeur tu triches toujours avec mon

rends-moi mon

 

 

 

suis  

            

        je

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

XII

 

* l’invisible

 

 

 

revenir est ce gravir de flanc de montagne si loin

rebours ce même penchement d’efforts

quelqu’impalpable tiraille un centre mais lequel

 

dos à moi

je glisse

dans ma chair

couche tout l’espace

le sang

m’engloutit

plombé

et ce coeur

c’est si lourd

 

 

 

 

 

 

XIII

 

* l’irréversible

 

 

 

 

les veines sont des pièges à loups

 

un vertige

 

les os tendent les oiseaux s’ouvrent dans la poitrine

 

 

 

refuge

    l’iris une église

 

 

 

le geste juste et

je trouve mes mains pleines de forêts

 

 

 

 

 

 

 

4 commentaires pour 1) Musique atonale

  1. lutine dit :

    plaisir d’aller en-dessous jusqu’aux mains pleines de forêts

  2. Catrine dit :

    plaisir de savoir que tu as fait toute la descente
    jusqu’aux mains pleines de vie!
    c’est cadeau pour moi, cette suite m’est très chère
    merci Lutine

  3. Bon. À franchir.

    (Étonnement, disons.) (Disons pour ne pas revenir à un appel, à la surprise attisée.)

    (Disons c’est bon, disons j’suis surpris. Disons je continue.)

    (Je continue, je joue, disons.)

  4. Catrine dit :

    étonnement,

    (disons, suis surprise ici) (surprise du saisissement. d’entendement)

    (disons, que transmis, c’est rare)

    (c’est bon, disons, oui, c’est bon)

    merci

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s