Archives de catégorie : clavier d’intempérances

autour nº6 – (la mort)

elle est toujours là, elle marche et rôde. renifle et flaire. chien enjoué par la faim, anticipant l’os. parfois elle ne se retient plus, suçote une blessure, croque dans une plaie pour que la vie s’en échappe un peu plus … Lire la suite

Publié dans clavier d'intempérances, impromptus, réflexion | Laisser un commentaire

[…]

je suis incapable incapable de te dire adieu incapable de clore tout reste lieux – odeurs les gestes les plus ténus yeux joyaux feux intimes tout reste au revers de mes peaux incapables […]

Publié dans clavier d'intempérances | Laisser un commentaire

ho ! les beaux poèmes

ho ! les beaux poèmes, on dirait des fleurs … mais quelle erreur te pousse à écrire de « beaux » poèmes pour que les autres ne les trouvent que beaux ? et quelle est l’utilité d’écrire seulement pour qu’on en dise … Lire la suite

Publié dans clavier d'intempérances, truc-muche | 2 commentaires

la poésie contemporaine…

  image © François Corvol yo bro, ils disent que la poésie contemporaine est morte. la poésie est morte ! vive la poésie ! elle emmerde, la poésie. « fuck you, bastard, fuck you and shut up ! fourre toi le dans … Lire la suite

Publié dans écrivailleries, clavier d'intempérances, on s'en fout ! | 1 commentaire

le cancer littéraire

– la véritable maladie du littéraire serait sans doute qu’il n’ait jamais fait ses deuils des Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Mallarmé, Hugo, Céline, Char, etc… . hors jamais une main ne pourra faire revivre ces esprits ni leur langue, et si … Lire la suite

Publié dans clavier d'intempérances, on s'en fout !, réflexion | 6 commentaires