[ enceints ]

 
 
 
 
 
 

alors ils voulurent écrire
écrire de la vraie écriture
de la vraie écriture
de vraie littérature
ils voulurent
et du vouloir neuf
ils conçurent un mur
tout aussi neuf
construit très vite
par dessus les murs
que la vie leur avait construit
très vite ils furent enceints
au milieu des murs

 
 
 
 
 
 

il faut des murs
ils faut absolument
des murs
sans quoi on meurt
sans mur
on a peur
on veut rentrer
dans le mur
le mur de la vie
et on s’emmure
fort très fort

 
 
 
 
 
 

ils n’avaient jamais vu d’espace
et pourtant un espace était apparu
ils se mirent vite à le visiter
« ho c’est beau » dirent-ils
en tournant dedans un peu

ils hésitaient parce qu’il n’y avait rien
un rien très plein qu’ils ne virent pas
alors certains apportèrent leur mur
qu’ils accolèrent aux murs des autres
pour être certains d’eux et se sentir solides
c’est si rassurant des murs

 
 
 
 
 
 

un jour un arriva parmi les autres dans cet espace
et dans cet espace il ne vit rien
rien que les murs

il avait beaucoup d’idées sur les murs
et avait les mains pleines d’outils
aussi voulut-il que les murs soient des murs
alors un leur dît comment construire les murs
pour que les murs soient de vrais murs
« ayez la foi et les outils » leur dît-il
tout un chacun se mit à regarder ses propres murs
et tous les auscultèrent avec un outil « critique »

plein espace avait beau murmurer
chacun n’entendait que mur

 
 
 
 
 
 

tous décidèrent de croire aux murs
selon les préceptes de un
et tous voulurent que leurs écritures
soient vraiment de la vraie littérature
alors ils adossèrent le corps de parole
au mur de « l’écriture vraie selon un »
le corps de parole leur parlait
parlait d’espace et parlait de souffle
parlait d’amplitude et de résonance,
le corps de parole disait des choses
des choses hors des murs
des choses sans mur aucun
alors ils mirent à mort le corps de parole

et ils ne comprirent pas ce qu’ils avaient fait

 
 
 
 
 
 

________________________________________________________

 
 
 
 
 
 

[ l’enceinte incarnée ]

si lourd c’est si lourd lourd est-ce mon coeur est-ce mon foie si lourd on dirait des pierres à traîner des pierres dans mes reins mes poumons même mes mains sont lourdes comment lever mes mains comment les élever à hauteur de mes yeux lourds de larmes lourdes les larmes de pierres c’est si lourd mes mains mon ventre si lourds ma tête je ne veux plus bouger je suis des pierres lourdes dans ma gorge des pierres de tous les murs dans ma tête dans mon coeur lourd des murs autour dedans autour tu sens comme j’ai l’odeur des pierres entre mes dents entres mes cils sens-tu comme la pierre mange mon regard veux-tu gruger râper polir mon sein de pierre je ne sais plus si je suis un réel ou un autre ou une pierre réelle je suis peut-être une statue je ne sais pas je ne ressens rien je ne sens rien tout est si lourd tellement je voudrais dormir comme une pierre pour toujours je veux dormir laisse moi dormir du sommeil des pierres laisse moi être grise et mourir grise dans la pierre grise des murs dans la tête du monde autour dedans autour il faut mourir dormir mourir il faut c’est ce que disent les pierres mortes mortes comme cette femme porte son enfant de pierre dans son ventre toute une vie de pierre des années d’enfant de pierre dans ses organes l’enfant statufié pour toujours dans la chair de sa mère murée en elle de vie morte calcifiée on dirait un rêve porté jusqu’à concrétion la pierre dont on accouche jamais qui jamais ne voit le jour jamais l’air jamais l’eau jamais des mains posées jamais frôler ses cheveux jamais des yeux jamais jamais jamais et rien qui bouge ni rien qui remue dans cette vie de mort parfaite jamais les baisers doux les baisers mouillés d’amour jamais la tendresse c’est trop lourd mon amour est trop lourd pour le monde c’est si lourd l’amour pour le monde trop lourd son rêve immuable son aspiration à l’immobile c’est si parfait mourir dans l’idée des pierres ma chair de pierre mon corps mon mur

 
 
 
 
 
 

________________________________________________________

 
 
 
 
 
 

[enceints]

I
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment
comment respirer comment respirer comment respirer comment respirer comment

est-ce ainsi que les pierres vivent ? et leurs destins au loin les suivent…

 
 
 

________________________________________________________

 
 
 

II

IMG_3631.PNG©Catrine Godin.2014/09

 
 
 

________________________________________________________

 
 
 

III

IMG_3632.PNG©Catrine Godin.2014/09

 
 
 

________________________________________________________

 
 
 
 
 
 

] enceints [

regarde..
qu’est-ce que c’est ?
les anciens appelaient ça de la dynamite
et à quoi ça sert la dynamite ?
ça sert à faire exploser les murs… nouille
mais tu peux pas faire ça !
mais oui je peux et pourquoi pas ?
ben parce que tout va s’écrouler, non ?
mais non voyons ! on fait sauter celui-là et comme ça on pourra passer de l’autre côté et ..
et de l’autre côté… il y aura un autre mur..?
possible, mais on le fera sauter aussi !
tu en as combien de cette dynamite ? je demande hein… parce qu’avec leur religion des murs on n’a pas fini ce soir…

*

putain quel boucan! wow! tu vas ameuter les autorités
mais non, les autorités sont de marbre voyons…
(rires)
toi, t’as vraiment un grain
chais pas mais j’étouffe j’ai besoin d’espace et là il n’y en a plus, aussi bien en faire…
tu ne t’es jamais dit que tu pourrais te faire prendre et enfermer ?
… enfermer ? mais on l’est déjà, tous, on est enfermés, TOUS !
tu me fais penser à une nouvelle que j’avais lue..
toi, et ta littératûûreuh..
non, écoute, le mec, Christopher Frank il s’appelle, il a écrit une histoire
et ?
ben, dans son histoire tout le monde est obligé d’être bien et souriant tu vois…
et ?
et il y a une fille… une fille chouette…
et ?
ben… elle a un coeur.. une conscience tu vois ?
hm… continue..
alors parce qu’elle est différente un peu… ils l’obligent à une chirurgie..
non!
ouep, mais la chirurgie c’est..
c’est quoi ? accouche c’est long ton truc !
la chirurgie est esthétique, c’est un sourire pour toujours !
quelle horreur !
ouep, tu l’as dit…
alors elle était obligée de se sécher les dents pour le reste de sa vie ?
ouep… mais elle n’a pas voulu…
qu’est-ce qu’elle fait la fille du livre alors ?
euh… elle se l’arrache..
Mortelle !
exactement, c’est exactement le titre du livre..
wow! yi yi yi yi yi !
arrête ton cri de guerre amérindien tu vas nous faire repérer..
bah.. la dynamite fait plus de bruit

*

c’est le troisième mur… tu crois qu’on y arrivera ?
faut jamais baisser les bras ! et tiens, regarde, je crois qu’on va avoir un coup de main
ha! ouais, on dirait qu’on a de la compagnie…
c’est les renforts. aller, passe-moi la tige qu’on se fasse le suivant… et dis, tu me le prêteras ce livre ?
lequel.. ? ha.. Mortelle ? oui bien sûr si tu y tiens.. mais d’hab tu lis pas…
là c’est pas pareil, celui-là il fait sauter des murs… dans la tête.

 
 
 
 
 
 
________________________________________________________

 

conclusion sur espace/vers : [ enceints [

 
 
 
 

Publicités

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s