[ rive — hors-rive ]

rive — hors-rive

où l’éblouissement __________________________________________________________

 

 

I

enfant des ravages — toi — forêts souterraines
des montagnes-mondes — où grouillent des ombres leurs méfaits

le dormir doucement se creuse comme un âge de sentier
sans lierre et tourne sa veine d’or liée de cobalt et de lapis

comme précisément les yeux — la pupille — des lacs parlent
une langue lente des filtrations les strates leurs natures

minéralités disparates répercutant
une quantité de chrome et d’argent recueillie dans l’organe et la fourrure

des flous où le vent souffle le fer des corps son poids — et aimant
ce nord toujours — se perdent images ou voeux

mais viens viens dans — ni bras ni feu viens
dans ni ventre ni chair
juste respire respire encore — hors de et vois

un sol que tu n’avais touché ni atteint
devenir
ce lit où les songes chantent par la voix des lacs ces tumultes et calmes

il n’y a plus de parement
il n’y a pas de mur aux espaces eux-mêmes
et rien ne les contient d’ouvrir tous les chants

haut

haut place haut plus que ta gorge — hors de ces tumultes et calmes —
où l’ouvrir est un continent

 

 

II

comme si ton souffle commandait les audaces sur les croupissements
telles saillies d’assaillir à revers et tout contre ce qui empêche l’être ou son rêve
tout contre ce qui meurt par — autres mouvements de tuer le vivre — étouffement
tu deviens la forme hors des formes – le dessin des desseins – mais ce geste
et parmi des tourmentes autres mouvements ces frénésies d’autres vrille

vrille

— car tu ne peux être que ton unique certitude

 

 

III

ainsi — chemin sous le chemin — tu entres dans la montagne et traverses
phosphores et lacs, oves de cristal — un monde inconnu replace le sachant
ondes dans l’onde
ordre des choses hors des ordres et aucune soumission que accepter ouvrir
espaces en eux-mêmes — et encore autour — et vers — et
ouvrir les souffles

ici
le charbon des yeux est aussi un diamant

 

 

IV

alors tu couperas mille fois le verre et son illusion
reflets miroités semblant des parois – l’infranchissable n’est pas tel que tu crois

— muni de tes yeux comme le regard muni d’une précision nouvelle
tu tailles lentement un verbe né dans la patience de longs mouvements
découpe avec attention la lenteur fiable et prend soin des fleurs étranges de la rigueur
aucune main ne troublera l’étal — que ton propre souffle ainsi rendu à lui — aucune pierre

tu verras debout la cohorte de tes aspects luire dans la véracité de ton silence

trace doucement le lien de ta seule résonance — ultime n’est pas un nom
et sa soeur ne tremble pas — délie les craintes et donne-leur à boire — qu’elles se calment
tu ouvres chemin sous le chemin le feu sous la montagne, prolonge le faire pour qu’il soit chaud d’être
quand tu auras rendu le souffle à ton souffle et le souffle au faire ils marcheront à tes côtés

 

 

V

nul ne sait l’ordre des espaces — nous marchons entre eux sans nous rejoindre

peut-être le plus infime souffle est-il une étoile — chante dans l’eau — son silence

le chemin hors de — bord débordé soudain des autres — où les résonances

s’allument les feux les yeux en mille lieux de — toi — et lui, nous tous ils d’elle

petites pierres, algues et brindilles, monts et collines, monde et son allègement, à être

 

 

— or/ivre

incantations – rivages — lumineuses éclairées des sentiers dans l’âge du faire
maintient du plein — jour en nuit pleine — comme pencher la terre devant l’astre
sons luisants dans le continu des continuités, les fils et les accordailles
fines cordes levées dans le corps donné, ton rire mille et mille fois, je fais ce voeu

je fais ce voeu de mille et mille fois l’éclair transparent à jaillir de tes yeux — joyaux
oscillation quand un réel vacille — toi, dressé, gyroscope implanté et numineux, mon vif

ainsi la rivière se borde elle-même par le chant car sa seule rive est le son

 

 

 

Publicités

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s