( en attendant love )

.

il y a ce train, tu vois, il passe tous les jours aux mêmes heures. je ne me demande jamais ce qu’il transporte ni où il va. je l’entends passer. je l’entends passer pendant que je fais la vaisselle. le train siffle. je siffle aussi, les mains dans l’eau. il y a ce train, tous les jours. je voudrais monter dedans. partir. aller vers la mer que je ne vois jamais. j’ai les mains dans la mousse et je rêve de la mer, l’eau coule et je chante tout ce qui me passe par la tête et puis je me retrouve les yeux trempés d’eau salée, pour un rien, un train qui passe et s’en va, la mer que je ne vois jamais.

.

.

.

j’ai élu domicile dans mon lit. mon lit est une île. une île entourée d’une mer de littérature. les titres s’empilent et se montent les uns sur les autres et puis un jour une grande vague bruissante dégouline. tout s’écroule. c’est admirable. admirable tous les livres fermés et ouverts éparpillés pêle mêle cachant les lattes de bois blond du plancher et les draps gris acier, les draps défaits, en plein milieu de toutes ces pages ni tout à fait noires ni tout à fait blanches, admirable, les milliers de fils des draps cousus et tous ceux des livres. et moi,je contemple mon île, appuyée contre le mur, toute décousue.

.

.

.

il n’y a pas de chat dans ma maison. le chat c’est moi. je suis le chat de ma maison. je regarde les heures glisser par la fenêtre, les rais de lumière, les ombres dansantes. je regarde de petites choses, des choses simples. puis je m’en vais. je passe lentement entre deux faims, et j’attends la nuit. la nuit que j’épie. j’ai l’air de rien, comme ça. j’ai l’air tranquille ou paresseuse, pourtant je ne le suis pas. je pense tant de choses que si je pouvais le dire aucune nuit ne suffirait. alors je me tais. j’attends. occupée j’attends.

.

.

.

le soir j’emplis la carafe d’eau fraîche et la pose sur la petite table ovale et rouge. je me dis toujours que j’aurai ce qu’il faut pour la nuit. pourtant je ne me verse jamais l’eau à boire ou si je la verse je ne la bois pas. je suis une assoiffée qui ne bois pas. comme une hidalgo dans le désert, je traverse les nuits. mes rêves sont surpeuplés et me poursuivent de longues minutes au réveil, aussi je dors le moins possible. ce qui fait que je suis aussi une assoiffée de sommeil. une assoiffée. je ne sais toujours pas quelle eau étancherait cette soif qui me tient.

.

Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans écrivailleries. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour ( en attendant love )

  1. 4ine dit :

    projet nº6 / en attendant Love
    titre offert gratieusement par Jean-Michel Niger

    le projet nº6 et son amorce (ou pré-texte)
    recherche de climat
    forme du projet est/sera une mixité de genres
    épistolaire / prose / roman
    strophes photographiques, minimum de 100
    septembre 2016 (disons donc, c’est un défi)

    suivront des notes, recherches, et peut-être des extraits du journal de bord, et donc ça s’appelera «autour/n°6». deviendra sans doute une page du blog, à part et à part entière.

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s