la langue verte

cher/s liseur/s*

pardonne ma langue verte et d’autres couleurs qui de manière écrite s’escrime contre et tout contre certaines bêtises qui ne sont de Cambray et pour cause en sont bien loin d’être aussi savoureuses. si elles l’étaient (de Cambray autant que délicieuses) ma langue n’aurait certainement pas cette couleur ! et je parlerais d’autres choses…

pour faire bonne figure (ou plutôt mieux figurer la chose) l’été étant arrivée et le vert la couleur qu’il étend sur tout ce qu’il atteint, peut-être suis-je moi-même atteinte de quelque crûdescence qui me vaudrait le verbe et le propos lancés comme des tiges et qui plus est portant épines. ha ! la blancheur et les sons étouffés par la neige sont bien loin derrière et sans doute regrettes-tu que le printemps puis l’été me prissent les doigts jusqu’aux coudes, qu’ils me teignissent la parlure et son adresse, qu’ils me barbouillassent jusqu’au dire de la couleur même que sont leurs vêtures ? rassure-toi. le vert passera comme les vers passent les saisons des hommes et celles du temps. le vert ne me reste jamais bien longtemps, il est comme l’été à mon pays, intense et bref.


soit dit en passant (j’aime cette expression en anglais, ce « by the way » qui me sonne toujours comme « par chemin » ou « cheminant ») les intempestives agitations des derniers temps sont ouvertes à tout commentaire et si tu avais le dire aux doigts, vert ou vers, en vers ou à verse, et même inverse, ne te retiens surtout pas.




*liseur/s : le liseur est au web ce que le lecteur est au livre ou au journal papier, n’en prends point ombrage, j’aime à chipoter sur la dénomination, et contrarier est parfois un plaisir qui s’exprime sans malice mais dans la joie des mots (perhaps this is a feminine way to twist the language, but maybe I’m just a bit twisted)

Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans écrivailleries, passages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s