— feu avril 


tu diras des heures 
la lueur est brève 
quand le retournement de terre devient le lit rose 
des oiseaux 
je ne dirai rien au vent doux que la mort d’avril soupire 
sur ton front
il y aura eu 
tout ce que l’hiver épuise et use
et les regards élimés 

par la bise 

amour fut 

cette fleur étrange et pure 
fondant sur la langue du monde
chacun voulut la boire puis personne n’eut goutte
tu es ainsi replié dans ta soif

et la fleur envolée 
est-ce au bec du merle 
est-ce aux cous des outardes
nul ne sait où ton amour 

certains brûlent leurs champs
noires 
mille ailes d’étourneaux grimpent et disparaissent

qui souffle sur la cendre
et la cendre envolée est-elle son seul fils

_______________________________________________

— texte inachevé

Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans écrivailleries. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s