des amours noires

l’hiver ne finit pas — sa nuit dure 
fait trembler 
des heures blanches et sales 
poussent 
le vent du Nord
la remontée de la sphère
le chemin des eaux
les embâcles
et pourtant l’air passe une douceur dans nos cous

en attendant de retrouver 
l’odeur des chiens
la terre mouillée
des tiges pâles
les premiers cris du printemps
viennent noirs comme la suie

du bal des corneilles



la haute épinette bleue fait office de balise dès le début d’après midi. le clan d’oiseaux criards la couvre au faîte et tournoie. depuis ma fenêtre je les regarde et les écoute. j’entends l’appartenance et le territoire, je vois dans leurs mouvements les hiérarchies et, un instant seulement mes yeux trouvent l’ancien. chaque année il revient crier et enseigner, il revient avec ses pairs toujours plus nombreux. bientôt au sommet des arbres aux alentours, les corneilles s’alerteront les unes les autres de qui passe et quand, de qui est inquiétant ou inoffensif, repéreront les physionomies. quelques unes seront de garde devant la maison pendant que d’autres iront trouver des nourritures, puis apprendront le langage qui leur est commun aux plus jeunes. les couvées du printemps aux cris maladroits seront réprimandées jusqu’à l’obtention de l’appel en trois sons rauques, un long et deux courts, pour signer la présence. alors, elles iront ensemble dans l’aube et le soir dessiner des flèches et des arcs sombres, traquant l’été jusqu’à l’automne. je ne sais pas si m’est assignée la même corneille d’année en année. peut-être mon garde me donne-t-il un nom et m’offrira-t-il encore une plume… l’hiver souffle son vent froid. seule, à la fenêtre j’oublie que l’heure glisse. les corneilles se sont tues. demain et jusqu’à la mi-mars, elles danseront dans le ciel des charades et des amours noires.


(extrait de journal — chronique solitude)

Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans écrivailleries. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s