et j’étais une bibliothèque — rêve

endormie en plein milieu du lit, j’ai reçu une curieuse visite de quelqu’un que j’avais connu il y a très longtemps. surprise je me suis assise en lui disant que bien sûr il pouvait entrer. rien ne me semblait plus normal que sa main passant au travers de mon buste et sa tête dans la mienne. sitôt qu’il fut complètement à l’intérieur de moi je me recouchai, refermai les yeux, et le guidai dans mon territoire // nous marchons dans la forêt éclairée d’un interminable crépuscule, tantôt devant, tantôt suivant, tout en longeant un ruban d’eau luisant comme un serpent en reptation. la forêt semble s’épaissir et j’entends des pas m’accompagner d’assez loin. je sais mes meutes sur le qui-vive. « qui est-il? » fait une voix dans mon esprit. je réponds que c’est un très vieil ami. « pourquoi n’est-il jamais venu avant? » s’enquiert la voix, ce à quoi je réponds qu’il n’avait peut-être pas besoin ou n’avait pas trouvé le chemin.. // avançant toujours le chemin qui n’en est pas un change de couleur, passe du rouge au vert, du vert au bleu, nous arrivons dans une vaste clairière où sont plantées des haies de bibliothèques disposées en demi cercle tout au pourtour, alors que le centre divisé par le ruban d’eau argenté et de part et d’autre de cette eau qui respire (on la voit enfler et se détendre au rythme parfait d’une respiration), des fauteuils de toutes sortes invitent à s’assoir. l’ami choisit un siège, le livre qu’il tient est blanc // le jour, même dans son interminable crépuscule, va bientôt basculer dans la nuit profonde, des multitudes de lucioles s’agglutinent dans les coupelles flottantes à la têtes des sièges colorés et confortablement rembourrés. deux yeux dorés disent « il va faire noir » une voix lui répond « ta gueule », en riant je leur répond qu’on est pas au cinéma // l’ami me demande s’il y a des gens ici, « il y a mille aspects ici », lui dis-je, « mais dans les livres il n’y a qu’un peu de pulpe ». il me demande « pourquoi ». ma langue claque dans ma bouche et les loups apparaissent. // les loups apparaissent, accompagnés des renards et des cerfs, de l’ours et des belettes, et toute une kyrielle de créatures. me tournant vers le visiteur je lui dis « tu vois, je suis bien entourée, mais toute cette nature n’entre pas dans la littérature, la littérature refuse, elle me refuse » // les loups vont vers une des bibliothèques et choisissent un livre, et qui couché l’autre assis, l’un tournant autour, ils se font lecture. les animaux vaquent tout en discutant. je vais dire quelque chose.. mais mon lit apparaît, me rappelant le besoin de sommeil. au fur et à mesure que j’avance vers mon lit je me transforme en renard, en loutre, en chat, puis en belette et en lynx… me tournant vers l’ami je lui dit : tu peux rester et lire, et visiter, à ta guise. mes nocturnes t’accompagnent, mais je dois dormir. surtout ne me réveille pas.

…il était 6h30 et mon cadran-réveil sonnait

Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans écrivailleries, parfois je rêve. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s