à l’étouffée

il pluit, tu pleus, je m’évapore encore en pleine urbanitude
les arbres enflent, se bourrent les feuilles, la sève au ciel
même ciel qui sève sa suite de débauche et de tornades
l’été nous rince ! — l’été nous tord de la tête au corps !
aux pieds des buildings tout raides et des tours gris souri
dans la touffeur de l’asphalte et du gaz à chars puants
la chaleur met son couvercle sur la ville et cuit son monde
lentement — très lentement

Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans à l'instant, clavier d'intempérances. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour à l’étouffée

  1. La Nouille Martienne dit :

    un poème humide, urbain, très étouffant et surtout réussi J’aime beaucoup Je kopikile Merci

  2. 4ine dit :

    merci, c’est chouette ;)

    viens faire un tour sur delivre.net, la porte est ouverte ;)

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s