ce même pas / où traverser

marche ce même pas, les mêmes os où traverser
un même pas, ces mêmes os traversés
comme on traverse les eaux, les puits de lumières,
des cris d’oiseaux, des méandres filandreux,
des histoires, les histoires des autres et tant de miroirs,
des algues, des algues et des flaques, des lacs debout
plantés de leurs profondeurs d’étoiles neutres
sans sel
marche et plonge, marche prolonge,
le traversement toujours c’est cette soif tu vois,
cette goulée brûlante quand tu coules tu te coules
tu es une fonte liquide, et tu perfores oui, tu transperces,
traverses, les os, le mur de la chair, le mur des corps,
le souple mouvant, et comme ta main me traverse,
le ventre, le coeur, les puits de lumière,
des cris d’oiseaux dans ma bouche coulent le jour ta nuit,
ça fait mal oui mais ça fait mal de ne pas traverser
le mur du silence où les soleils meurent quand tu t’effaces,
ce même pas, les mêmes os, où traverser les puits de lumière,
des cris d’oiseaux, marche traverse
les puits de lumière des cris d’oiseaux
où traverser

*

*

*

lien Soundcloud : [Ce même pas]

Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans écrivailleries. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour ce même pas / où traverser

  1. La nouille dit :

    une belle trajectoire que j’ai aimé dire
    sauf peut être le « ça fait mal oui mais ça fait mal de ne pas traverser » dsl mais j’ai trouvé cela de trop et « ordinaire » alors que la douleur transperçant chaque vers lors de cette traversée où tu nous entraînes est comme un rayon de lumière, douloureuse et jouissive

  2. catrin dit :

    hahahHAHAHahaha wouaoOw
    oui, oui tu as raison dans un certain sens c’est faible, ordinaire, banal, c’est ce qui en est de la douleur et de la souffrance au quotidien dans les médias et nos vies, pourtant ce banal ordinaire est véritable et concret, et dans un certain sens c’est l’anomalie du texte. aussi, cette phrase est ma transposition de « ça va te faire mal de vivre » tirée de « droit dans le mur » de d i v ; ce texte de chanson parlée est une réponse qui lui est adressée.

    la faiblesse apparente est-elle toujours la faiblesse réelle, plus sourde, ou à faire sourdre de… ici, cette phrase je l’entend comme l’aveu, l’aveu simple, un noyau. et pour moi, l’aveu n’est jamais faible, admettre une chose, un état, un senti, c’est déjà agir sur…

    sans prétendre à et peut-être me suis-je trompée, je me suis demandée si un même pouvait agir par la voix, si en disant « oui » une sorte de dialogue pouvait s’y ouvrir, soulever, exhausser et renverser cette part « faible », la muer en force vive. en entendant le texte de d i v, mes questions et l’écriture ont été aussi immédiates qu’instantanées. ceci en est le résultat. et pour moi, une expérience réelle.

    faible ou pas, réussie ou non, quoiqu’il en soit j’ai eu une grande joie à construire cette pièce.

    je te remercie beaucoup pour ta lecture et/ou écoute

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s