eaux d’octobre

à la musique de françois

glisse glisse encore
ce qui tombe des pierres
larmes
fines et sueurs
comme feuilles bruissent
gestes
des gestes refaits
manifeste tremblant
des chutes
passages et plis d’eaux
glissent glissent encore
pas vifs
sans danse
pas à trancher la verticalité sonore
cent pas
comme cent jours de pluies
épaisses
jours lourds à pas repris
sur les ponts
les remparts
gris coton — durs trottoirs
et soudain des lumières
glissent
glissent encore
sur les souvenirs
tendres lucioles
manifeste tremblant
du soir
qui descend
le long des eaux mouvantes
flaques sombres
et bientôt mille miroirs
brouillés lenteurs où
glisse glisse encore
léger
un sourire
une étoile

Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans clin d'oeil, parole. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s