déposer les mains

dans le désir d’une absence
flotter peut-être comme glace sur mer
laisser porter
loin
ailleurs
ne pas penser les mains le faire
ne pas penser l’écrire
abandonner
tout abandonner
flotter seulement

ou dans une espérance vague
et seulement vague
espace plein blanc
que je voudrais être

vacante non pas de vide
mais ce plein complet
le désir complet

*

arbres
sous
les dents froides
ce qui attend
l’herbe couche l’eau
comme des épées
les feuilles

un rêve?
une trêve après l’été

le retrait des sèves
cet assèchement
dans la contrainte du nu

*

je suis venue te dire:
je ne t’écris pas

– parce que tu es l’écrit

*

Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans écrivailleries. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s