3 Reprendre la marche ( de ce qui fleurit )

 

 

 

Enfances, je vois et vous regarde, je reconnais vos visages portant chacun mes traits. J’entends vos cri-chants, sombres psalmodies de lait noir avalé. J’entends vos rouges ciels depuis le monde, et descends m’asseoir parmi vous, demander pardon vous embrasser – Mille visages approchent et avec eux la hideur crasseuse, la pestilence des infections – les lèpres et les bubons – parmi les poings brandis où leurs Hargne-mères me maudissent, m’ouvrent interne visage. Ni tremblement ni rien, rester sise et lente pleurer. Se tendent infiniment les blessures des fronts, des paumes, qui une à une frôlent larmes, et une à une touchant sel, se parent du souvenir de ce qui fleurit.

 

 

 

Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article, publié dans écrivailleries, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s