Île Eniger

Ils avancent si vite, et je suis si lente. Et je suis si solitaire dans l’exigence et le silence, avec pour seule référence, la nécessité du jardin à travailler. Je suffoque dans le charroi des courses où chacun dit la sienne, ou tous jouent des coudes pour la première place. Je suis dans l’interrogation quand ils sont aux certitudes, aux médias, aux médailles. Je suis dans l’expectative quand ils sont dans l’évidence d’eux-mêmes. Ils avancent si vite, si lestement, si dans le vent des modes, des moyens criards. Ils sont partout, s’agitent, s’étalent, disent toujours quelque chose, leur nom, leur adresse, leurs livres, leur notoriété. Ils avancent si vite. Et moi, en espadrilles et crayon à papier, je me fais bousculer, si petite qu’on oublie de me voir, de m’entendre. Et je freine si fort pour sentir l’herbe à mes chevilles, la rivière sous ma peau qui bat son mouvement d’horloge bienfaisante. Et je prends tant de temps pour toucher au mot comme on touche au sacré. Quelque chose de plus grand que grand me fait sentir mes pas dans le sable et mes mains sur la page. Et je n’ai-je rien d’autre à dire, que cette joie élémentaire, un trait de lumière tremblée sur l’eau claire.

Ile Eniger – La maison dans les airs (à paraître)

Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans parole. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Île Eniger

  1. bleuemarie dit :

    j’aime ton écriture, ta délicatesse, …..la lenteur n’est qu’un leurre pour ceux qui ne savent entendre :-)

  2. Catrine dit :

    Oui, moi aussi j’aime l’écriture d’Île Eniger pour sa délicatesse.

    Île, merci!

  3. Ile E. dit :

    Bleuemarie et Catrine, ce que vous dites de mon écriture me touche, infiniment ; sur la pointe de mes espadrilles, je vous remercie.

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s