Passage : le temps qui passe

 
 
 
Le temps qui passe est comme un escalier dont on ne garderait aucune sensation et encore moins mémoire. Derrière soi, sans le moindre effort il se déroule jusqu’à se dissoudre tout à fait. Laissez passer les moments les heures, les jours, laissez-les passer tels qu’ils sont, sans y ajouter, sans même un velléitaire, et vous vous apercevrez tôt de l’absurdité de certains  gestes mais surtout de ceux qui masquent des attentes, des faux rêves et des mensonges. Vous vous apercevrez que les marches qui vous suivent sont inventées. Elles n’existent que si vous y croyez.
 
 
Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans passages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s