under the cloaking device

ne vois-tu rien venir
regarde les rayons verts
 
– tu sais bien que je suis aveugle par choix
 autrement je ne peux marcher dans vos signes
 ni faire confiance à ma main
 
[parole du Traceur, carnet de bord, opus 11, 201203-26,531] 
 

*

il n’y aura pas de combat, tout est jugé d’avance. les hommes ne sont pas égaux. il suffit de naître sur un territoire pour être au monde, ou de n’être parce que non encore à ce monde. il n’y aura pas de combat. je ne brandirai ni mes muscles, ni un pronom, je ne lancerai ni un verbe ni… rien. je ne perdrai ni eau ni sueur froide. nous restons tous avec des crocs dans nos échines mémorielles, une grande balafre dans mon dos, le souvenir des crocs de Is, et aujourd’hui, les estafilades… quelle étrange région que cette nébuleuse où je restai prise malgré moi. enlisée. m’étais-je éprise de certaines étoiles, comme si leur force d’attraction trop grande m’avait bue. boit-on la force des êtres.

il n’y a pas d’ennemi réel car le véritable ennemi est ce qui est fait avec le réel. j’entends de loin. la pensée fait parfois une rumeur abjecte, y prend-on jamais l’habitude… il n’y aura pas de combat. je rentre les bras comme on arrime ses navettes – équipage, à vos postes! – fermeture des soutes. il est des heures où la pensée marche de long en large sur une cursive du pont avant, inventorie, révise, rajuste… cette nuit le sommeil ne viendra pas.

 
*
 
 
avaries sévères des systèmes de communication, Traceur.
– entrant et sortant?
– oui Traceur…
– nom d’un cluster, mais on est sorti de cette toile d’araignée de nébuleuse bleue,  non?
– euh oui. mais on laisse une saprée traînée de débris. quel est le prochain quadran?
– hm.. mettons le cap sur… les Austérités.
– !? Traceur, c’est que..
– oui, mon petit, je sais, mais je dois m’y rendre.
 
 
 
 
 
 
 
Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans écrivailleries, on s'en fout !. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour under the cloaking device

  1. bleuemarie dit :

    va dire pourquoi.
    j’aime tes obscurités
    je suis à l’aise dans tes méandres…

    vas dire pourquoi.

    surement parce que je ressens profondément que……
    oui…
    on peut boire la force des êtres…
    et que cette idée m’effraie tout en me séduisant.
    what else :-)

  2. Catrine dit :

    merci Marie!
    :¬)

    (mes méandres…)

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s