je te reviens

 
(comme une seule page)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
je te reviens
je te reviens d’un silence
rendue par épuisement
en décante lente et longue et cette image
– étirement de l’épaule
un continent intérieur j’ai accepté d’ouvrir – 
aisselle, repli du coude, paume
vulnérables creux
 
sauvagerie d’odeurs et
cette trêve une nuit
 
 
je suis un nid désert dans l’hiver
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
je te reviens
j’ai été pliée et repliée
lignes anciennes comme des feux
que tu manges dans mon ventre
 
vive de vifs les feux
 
piqûres des écumes
                              
virent les oiseaux de mer
tournent
leurs cris
dans ma bouche
          dans ma bouche
 
grande ouverte
à l’ardeur des poulpes
je te reviens
          le flanc si blanc
 
            
 
 
 
 
 
 
 
 
Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article, publié dans écrivailleries, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour je te reviens

  1. Malorie dit :

    merci Catrine…

  2. Catrine dit :

    Merci Monsieur Seb – contente que tu t’attardes ici

  3. Catrine dit :

    mais, merci Malorie…

  4. Christophe dit :

    On sent la décantation. La fin de l’hibernation. Le corps s’ouvre et se déplie comme le foetus qui vient du froid, feotus rond comme un ventre prêt à accueillir à son tour…
    La froideur parfois se fait glaciale, surtout quand elle vient des haleines, des échanges qui font un brouillard givrant. La reconquête, la confiance, est un long processus, incroyablement long et tellement peu à l’échelle d’une vie d’homme.

    J’aime beaucoup ce poème qui parle en replaçant des paroles envolées, interdites. La poésie c’est réinventer le langage : et pour ça tu as du génie.

  5. Le blanc est un retour, comme des pas sur la neige de la page (une seule suffit avec ampleur).

  6. Catrine dit :

    (…et peut-être faudrait-il s’y résoudre) Merci Dominique, merci beaucoup pour vos pas sur la neige.

  7. Catrine dit :

    (incroyablement long…oui) ton commentaire est bien généreux, Christophe!
    Merci beaucoup.

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s