n’ai-je oublié

le premier jour d’Hiver

 
 
 
 
 
 
 
nous écoutions la mouillure des trottoirs
les yeux pendus aux grisailles
le froid bradait ses morts peints de rouille 
contre des lits où les petites sorcières accouchaient
du maigre ventre de Novembre
 
blettes tiennent encore les pommettes  
les coques et les fruits des fusains nus
on dirait les éphélides d’un très pâle visage
 
soudain mille et mille lumières nous distraient
du soir mauve en robe de cheveux blancs
jusqu’au matin cru dans ses cristals oranges
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans écrivailleries. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour n’ai-je oublié

  1. Christophe dit :

    Celui-ci est très beau, très esthétique, très harmonieux, très apaisant. C’est le syncrétisme de ce que j’aime en poésie.

    J’ai acheté « Les ailes closes » : c’est la poésie comme je l’aime, concise, précise, dense et très puissante en invocation. Elle m’a rappelé Paul Celan.

  2. Catrine dit :

    ha.. Christophe, merci, j’ai tellement de mal avec l’écriture ces temps-ci…je ne sais plus du tout, j’aimerais arriver à me décoller les doigts, toujours une impression de ne pas assez me renouveler, de ne pas être assez en recul… mais merci beaucoup de me donner ton regard et ce que tu sens/ressens en lisant ici – tu es bien généreux.

    pour « Les ailes closes » elles sont entre de bonnes mains alors! ça me fait bien plaisir qu’elles aient fait ce voyage; oui c’était ce travail précis et l’évocation particulièrement (tu dis invocation pourtant, mais je saisis bien ce que tu en reçois). oui, Serge Maisonnier m’avait aussi dit qu’il trouvait des rapprochements avec Celan – c’est un trop grand compliment pour moi – et je réfléchis beaucoup autour de ce qui fait faire ce lien… pour le défaire… (je souris)
    Merci encore, cher Christophe!

  3. lutine dit :

    Oui très beau, la première strophe est ce que nous faisons de nos nuits quand tout dort sauf soi.
    Peux-tu me dire comment me procurer ce recueil « les ailes closes »

  4. Catrine dit :

    Coucou lutine,
    merci pour ta lecture et
    pour ce recueil, tu passes par là:

    Distribution en Europe
    DNM
    (Distribution du Nouveau Monde)
    30 rue Gay Lussac
    F-75005 Paris
    Téléphone : 01 43 54 50 24
    Télécopie : 01 43 54 39 15
    Courriel : dnm@librairieduquebec.fr
    Site : http://www.librairieduquebec.fr

    chez Le Noroît, collection Initiale :
    Les ailes closes – 2006. ISBN 289018580X

  5. Chri dit :

    Moi je l’ai acheté sur Amazon (il est passé par les USA)

  6. Catrine dit :

    ! ha hé ben pourquoi pas ?! :)

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s