nous, septembre

.

 

 

 

tandis que la terre penche

tel un front bleu d’espace

et refait le destin des sèves

ta bouche ira prolonger septembre

               rouge

et son soleil feutre

 

 

 

 

elle feint s’endormir avec nos secrets enfouis. froissements jeunes d’à peine penser, nous, balbutions la terre sur les lèvres. baisers riches et gras, d’un jouir pareil à la détresse. s’éparpillent les accents cuivres. parmi tous les vents un souffle suffit,  un, pour qu’à bout, comme à bout un corps se jette, nous nous poussions à l’audace.  attendre encore. attendre qu’elle se retourne, se rendre jusqu’à sa bouche.

 

Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans écrivailleries. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s