un lieu de patience (nos disparus)

 
nous

apporterons
les fleurs
seront
ni mémoire
ni
et hors les songes
que trépassent encore
comme nous lavons les seuils
âtres
ou les antres
nous
lézardés comme murs
à prière

sommes
ou aveugles nous
ou sourds
mais que sourde encore des heures
affleurement si ténu
ton regard
ou les antres
que laissés outre
parmi dévastation autre mouvement de mort
affres
outre des représentations
des spasmes
au flou diapré des paravents

si ténu ton regard
vient
et invalide
les illusions du corps

 
 
 
 
 
 
 
 
*
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
par
et dans
est-ce le vent
ce qui reste
hors de tout effacement
 
 
 
 
 
 

lavons les seuils encore
nous
comme un chemin
tissé de chemises
ce qui s’élime
nous entre
nous
une indéfinissable lenteur
mais
par et dans
et si ténu

ton regard
 
 
 
 
 
 
ouvrons
des fenêtres des hangards
des voiles
ne restent que
filament
quelque
une semblance de jour
mat comme matte est la prière
où ton être
love et endort
lentement lentement
l’armoire à rêves

 
 
 
 
 
 
 
*
 
 
 
 
 
 
 
 

dans quel espace
quel ciel
sont nos disparus

quelque soit la suppression
elle semble toujours immense

restons
nous
restons
affamés
comme en cellule

hors de nous

 
 
 
 
 
 
 
 

dans quel espace

ce ne sont que des astres
de passage
entre les passages

nous

entrons
sur la lèvre cette berge
tout l’offert
outre les miracles
entrons
quand nul présage
ouvre le chemin
         où des effacements

 
 
 
 
 
 
 
 

dirons
ne
dirons
ni nous
ni
     ciel que tes yeux ..!

des seuils en corps
dispersent
ce qui est
comme ce qui vient

ici
ici maintenant
       respire la bouche ouverte

 
 
 
 
 
 
 
 
*
 
 
 
 
 
 
 
 

où des effacements
répercutent
(n’est-ce que ta voix)

quelques
des lascis de souffles

mais dans quels ciels
et quel espace nous affame

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s