passage (autre)

 
 
 
 
 
 
 
                                                                  que retient-on d’un baiser
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour passage (autre)

  1. Serge dit :

    …pour ma part, l\’envie pressante de renouveler l\’affaire au plus vite.

  2. Catrin dit :

    je vous souris – vous avez encore 15 ans )))))

  3. Catrin dit :

    et puis voici la réponde d\’une Anonymous )))))http://leforumbleu.net/message.php?id=95772&page=1&fredblog=0

  4. Serge dit :

    Oui. Mais disons qu\’après les indispensables préliminaires poétiques ma bouche (et mes mains à l\’occasion) se veut plus prosaïque dans le feu de l\’action.

  5. Serge dit :

    D\’autant, comme je vous l\’ai dit ailleurs, qu\’il me semble qu\’avec la prose on atteint (peut-être ?) à plus de…profondeur.

  6. Serge dit :

    Et puis "…encore 15 ans" dites-vous. Suggérez-vous qu\’à 50 il ne reste plus que des souvenirs d\’un baiser et qu\’à cet âge c\’est ce dont il faudrait retenir ? "Sainte bénite de vie maganée de batèchebelle grégousse de vieille réguine de batèche" comme disait votre compatriote…J\’espère bien avoir le "baiser actif" pour encore longtemps.

  7. Catrin dit :

    haAHAhahah que vous voilà réactif! 15 ans..c\’est beau un baiser à 15 ans..mais ce que je disais en fait c\’est que votre empressement d\’y retourner au plus vite si tel est bien votre manière ou ..si je suis bien votre pensée quand au baiser… a quelque chose de juvénile et je pense ça sans préjugé, sans dénigrement de quelque sorte, puisqu\’il me semble que le baiser, le baiser véritable se doit de rendre cette fraîcheur endormie oubliée, cette fraîcheur que l\’on cherche toujours et malgré nous..parce que ce geste est le plus proche du coeur, parce que le coeur bat dans le souffle, les lèvres, parce que le coeur coule et fond dans la salive, parce que c\’est le coeur que nous nous rendons alors mutuellementun baiser, c\’est le souffle de l\’autre que l\’on goûte, c\’est sa vie que l\’on boit en un instant, toute la personne se livre dans le baiser, dans sa profondeur, et si le baiser est véritablement profond il déploie la personne en elle-même et vers l\’autre…laissée en suspend sans point ni rien, mais bien nue, complète et nue, la question s\’ouvre lentement si vous la laissez *respirer*, elle contient un trésor, un trésor enfoui en chacun ayant reçu de tels baisers, un trésor vivant à jamais en chacun, et mille et mille et mille évocations que sont les miennes déposées, lovées dans la seule pensée du baiser… se joignent alors à toutes celles de chacun, toutes celles endormies, recueillies, déposées…*le dormeur doit se réveiller*avec mon sourire aux yeuxje vous salue

  8. Serge dit :

    Oui, mais vous voyez vous êtes encore dans les préliminaires poétiques quand moi je suis déjà dans le vif du sujet (si je puis dire) en parlant de chair.

  9. Catrin dit :

    qu\’est-ce que la chairet qu\’est-ce donc qui l\’anime? d\’où vient le désir ? quel agent l\’a fait naître? si vous réduisez le baiser au seul contact des muqueuses, le baiser n\’a plus de sens, il est videmort, mort de chez parfaitement mort..préliminaires poétiques ? voyez-vous cela, vraiment..où est votre esprit, vous qui ailleurs me parlez d\’âme, où est votre esprit, votre pensée, ce qui fait de vous ce que vous êtes en vous-même, comment ce fait-il qu\’on puisse se réduire aux terminaisons nerveuses épidermiques, comment se fait-il que l\’on puisse s\’enfermer hors de soi au point de n\’avoir que cette extérieure pelure de peau par laquelle seule le contact se définit, et rien dessous, rien dedansqu\’est-ce que la conscienceje répète : qu\’est-ce que la conscienced\’où venez-vous oui d\’où venez-vous donc sinon du rêve contenu dans le tout premier baiser de votre mère à son amoureux ?d\’où vient votre mère sinon du rêve contenu dans le tout premier baiser de …d\’où vient votre esprit\\pensée\\coeurqu\’êtes-vous ?le vif du sujet, s\’il est aussi vide que ce à quoi vous le réduisez n\’a aucun intérêt*le dormeur doit se réveiller*en attendant je retourne à la philosophie et à la métaphysiquep.s.mieux vaut de merveilleux préliminaires qu\’un acte manqué

  10. Serge dit :

    Catrine, un autre ami Québécois du net me disait aussi que décidément il ne comprendrait jamais totalement les français et leur second degré. Mais je dois mal m\’exprimer si je n\’arrive pas avec un peu d\’humour à montrer toute la place que j\’accorde aux "préliminaires" poétiques avant le vif du sujet d\’un baiser où l\’exultation de la chair a aussi son mot à dire.

  11. Catrin dit :

    je veux bien, mon ami, vous pouvez me lire de cette manière, et je vois bien à vos interventions que cette manière prévaut, mais si je peux me permettre, j\’aimerais vous faire remarquer qu\’elles relâchent le grand foc et font tomber le spinacker..et ce n\’était ni le but ni le sujet ni l\’idée, d\’où ce * ternir serrées l\’écoute et la barre* de ma part parce que je ne veux pas changer de cap, parce que l\’idée est une trajectoire, avec des coordonnées ( des corps données de pensées) …aussi je comprends bien que ceci est mon voyageje vous souris toujours

  12. Catrin dit :

    ..parce qu\’il y a le baiser (oui je sais je vous entends)et il y a ce qu\’on en retient (ici, m\’entendez-vous ? )c\’est ce qu\’on en retient qui *occupe* ma pensée

  13. Serge dit :

    Bien sur, Catrine, que j\’entends et retiens la même chose que vous d\’un baiser mais toutes mes interventions sur ce fil se voulaient un peu malicieuses…et j\’aime quand vous souriez.

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s