l’incertain d’une musique

 
*
 
mon i
te soutient-il
 
toujours
me saigne
comme si regarder les vagues efface l’esprit
pour se mieux fuir
entre les milliers de reflets qu’on invente
– quand nous marchons    mon ange
ces effusions où nous marchons
aspirent
 
l’absurde se mord
à l’os aspire
entre tous les jours leur cuisance 
 

très lentement
entre
 
tes eaux
 
s’épuisent      lentement
singularisent
mon propre regard
 sentie
une lumière neuve
se ronge
à mourir un mal vétuste
dans une coulée l’ombre
m’élève
transforme
cristaux diaprés
      luisant métal
 
enduis-moi
et brûle la lumière des hommes
 
 
 
 
        
 

Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour l’incertain d’une musique

  1. lutin dit :

    Juste dire que j\’aime relire sur fond noir ce qui était dans le bleu

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s