je ne sais plus

 
 
il n’y a rien  à dire
rien qui change
ou bouge
sauf des mirages
dans tes miroirs
gestes
oeil
pente du sourire
des qui trichent
et des qui mentent
il n’y a rien
à dire ou alors
ou alors je ne sais plus
comment ouvrir
je suis
cet arbre qui se ferme lent
haut
je suis dans le replis
où les mains d’or chutent
savament dans l’air
où tu respires
les cheveux dans mes cheveux
mes odeurs humides
et mes semences
au lit froid des bêtes où je
voudrais t’embrasser
que tu bouges
dises quelque chose
ouvre tes lèvres
à boire tes buées
je suis cet arbre qui se ferme lent
haut
je suis
dans le replis
des mains d’or
chutent
où tu respires
 
 
Publicités

A propos 4ine

Catrine Godin vient de Québec où elle y a étudié les arts. Elle vit à Montréal, dessine, peint et écrit. En 2006, paraît un premier titre, Les ailes closes, aux Éditions du Noroît. Puis, paraît en 2012, Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain, également aux Éditions du Noroît. En 2013 Catrine Godin est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014 par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome, puis en 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome. / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour je ne sais plus

  1. Fleur de mai dit :

     
    Moi, je sais…
    que ce poème est magnifique, vraiment.
     

  2. Morgan dit :

    Rien à dire
    mais tout à écrire…
    du moins… on voudrait tellement que,
    on aime à s\’illusionner que
    c\’est possible, on persévère,
    on creuse.
    (Et là, je crois encore que je m\’égare,
    que je m\’éloigne
    du poème –
    dont tu nous fais si bien présent –
    tout frémissant de ton âme,
    gorgée de quelle sève ?)

  3. Ieva dit :

    Vous parlez le langage de l\’originel….. je l\’entend parce que je le porte en moi aussi…..tous l\’entendent s\’il reste cet espace en eux si pur du regard premier, de la sensation première, du voir sans référence, juste le vrai , ce qui survit à tout , en tout…..merci *

Réponse, avis, contre-avis, réflexion, écho, c'est ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s